mardi 18 octobre 2011

Militaires, oiseaux migrateurs et management

Il suffit d'ajouter "militaire" à un mot pour lui faire perdre sa signification. Ainsi la justice militaire n'est pas la justice, la musique militaire n'est pas la musique. (Georges Clémenceau)
Quel est le point commun entre une section de militaires en train de défiler et le vol groupé des oiseaux migrateurs ?
Il s'agit dans les deux cas de mouvements collectifs, certes, mais ce qui est particulièrement remarquable, c'est que chaque individu, militaire ou oiseau, s'aligne essentiellement en fonction de ses voisins immédiats et qu'il en résulte une structure globalement ordonnée.

Cohérence globale et règles locales

Je fais partie des dernières générations de Français à avoir connu le service militaire, et j'ai donc eu l'occasion de pratiquer cet art millénaire qu'est l'ordre serré, c'est-à-dire le défilé militaire au pas d'une troupe.
Ceux qui ont connu les joies de cette chorégraphie particulière pourront témoigner qu'il ne suffit pas d'écouter un adjudant hurler "une, deux, une, deux" (voire une série binaire d'onomatopées du type "amp, dé, amp, dé" ou quelque chose de similaire) pour défiler proprement. Cette litanie étrange est pourtant la seule action hiérarchique de l'ordre serré, c'est-à-dire l'action d'un chef vis-à-vis de ses subordonnés. Tout au plus les militaires arriveront-ils à frapper le sol de leurs rangers approximativement en même temps, mais les mouvements des bras des militaires paraîtrons désynchronisés et bien loin de l'esthétique recherchée, et les alignements des militaires seront très insatisfaisants.
Non, il faut un ingrédient supplémentaire : l'observation de ses voisins. En effet, en regardant son voisin de devant, on peut s'aligner sur lui, et en regardant son voisin de gauche, on peut à la fois maintenir son alignement latéral avec lui et synchroniser le balancement de ses bras avec les siens. Tout ça sans bouger sa tête...
Et ça marche ! L'application de ces règles locales, et beaucoup de répétitions, conduit à une cohérence globale du défilé militaire. D'ailleurs, l'adjudant n'a même pas besoin de hurler en permanence pour assurer la qualité de l'ordre serré.
De la même manière, les oiseaux migrateurs arrivent à former un V lorsqu'ils voyagent en groupe, essentiellement en s'alignant avec le précédent oiseau. Je vous invite à consulter l'excellent article de blog suivant pour en savoir plus : http://webinet.blogspot.com/2009/05/bancs-et-nuees.html. Vous y apprendrez que c'est également le cas des bancs de poissons pour des espèces comme le hareng.
Tout cela illustre donc que la voie hiérarchique n'est pas forcément l'unique ou même la meilleure manière d'organiser un groupe pour que les individus le constituant collaborent.
On trouve même des similarités dans certains phénomènes physiques comme le magnétisme. En effet, l'un des modèles classiques de l'aimantation est le modèle d'Ising : il décrit les matériaux magnétiques, comme les aciers, comme un ensemble d'atomes présentant un moment magnétique élémentaire, qui peut prendre une orientation "haut" ou "bas", et qui est influencé par ses voisins immédiats. Et ce modèle ultra-simple permet de reproduire certains phénomènes collectifs : bien qu'aucune orientation ne soit a priori privilégiée dans le modèle, l'interaction avec les voisins conduit, si la température est assez basse, à ce que les moments magnétiques prennent quasiment tous la même orientation, par exemple "haut". Les atomes se sont "synchronisés" spontanément, en communiquant simplement avec ses plus proches voisins. Et cela se traduit à l'échelle macroscopique par une aimantation mesurable du matériau, alors qu'à haute température les moments sont orientés aléatoirement et aucune aimantation n'est observable.
Ainsi, le modèle d'Ising reproduit bien le comportement des matériaux ferromagnétiques, qui ont une aimantation spontanée en dessous d'une certaine température (la température de Curie). Et il n'y a besoin que d'interaction entre voisins pour aboutir à un effet global.


Leçons de management

Un bon manager doit savoir déléguer, c'est bien connu. Mais en pratique, de nombreuses personnes responsables d'un groupe de collaborateurs pensent que cela consiste à donner des ordres détaillés que les collaborateurs doivent exécuter. Ce n'est guère différent de l'adjudant hurlant présenté ci-dessus.
Or ce n'est pas forcément la manière la plus efficace de déléguer, comme on l'a vu pour l'ordre serré.
Au contraire, la délégation efficace est souvent une responsabilisation des collaborateurs. On définit un rôle à chaque collaborateur, et on le laisse jouer ce rôle comme il l'entend. Aucun oiseau migrateur n'explique en détail à d'autres oiseaux migrateurs comment il faut faire ! L'adjudant également attend de ses hommes qu'ils soient capables de s'aligner et ne passe pas son temps à dire à chacun : "recule, va un peu à droite...". La délégation, c'est dire quoi faire, et non comment faire.
Par ailleurs, il pourrait être intéressant de concevoir des systèmes automatisés décentralisés, où le fonctionnement n'est pas contrôlé par un ordinateur central, mais par un ensemble de petits composants électroniques simples qui appliquent des règles en fonction des informations fournies par les composants voisins. C'est déjà l'un des principes utilisés en programmation parallèle, lorsqu'on dispose de pleins de processeurs pour réaliser un calcul : plutôt que de consacrer un processeur à donner des ordres aux autres processeurs, il est parfois possible de faire travailler les processeurs par échange avec leurs plus proches voisins. L'algorithme décentralisé est souvent plus performant.

Médiation technique et management

La médiation technique ne se limite pas à la transmission de connaissances sur les technologies : une nouvelle organisation industrielle peut apporter autant d'avantages qu'une nouvelle technologie.
Le médiateur technique peut ainsi identifier pour son client des modes d'organisation différents du sien et éventuellement plus performants. Peut-être dans un autre secteur d'activité, fut-il militaire. Voire dans la nature...