jeudi 24 mai 2012

Edison ou la médiation technique appliquée à soi

Thomas Edison est un personnage mythique de l'innovation.
Entrepreneur précoce (il aurait créé à 12 ans sa propre affaire de vente de divers biens de consommation à bord du train entre Port Huron et Detroit), industriel important (il est le fondateur de General Electric), il est associé à une foule d'inventions (il aurait déposé plus de 1000 brevets), dont l'ampoule électrique.
Comment peut-il avoir été aussi créatif ?

"L'invention" de l'ampoule électrique


D'abord, brisons un mythe. Edison n'a pas inventé l'ampoule électrique. Son véritable inventeur serait un Écossais, un certain James Bowman Lindsay, et l'invention daterait de 1838, alors que l'ampoule d'Edison, plus moderne, apparaît en 1879. Et encore, il semblerait qu'un certain Joseph Swan aurait réalisé une ampoule similaire à celle d'Edison quelques temps auparavant. Certains historiens vont jusqu'à citer 22 prédécesseurs à Edison et Swan. D'ailleurs, le premier brevet d'Edison sur les lampes s'intitule "Amélioration des lampes électriques".
Peu importe, en réalité, qu'Edison soit le premier ou non. C'est son entreprise qui a connu le succès économique, quitte à racheter l'entreprise de Swan lorsque celui-ci voulut le poursuivre en justice. La guerre des brevets ne date pas d'hier !
Edison, dans ce cas précis, n'est pas tant un inventeur qu'un innovateur, qui introduit une invention sur le marché.

La méthode Edison

Pour reprendre quelques points de la "méthode Edison" telle qu'elle est décrite dans un excellent article Wikipédia (en anglais) d'après l'historien Thomas Hughes, voici les traits les plus saillants (pour mon propos) de son approche :
  • Edison "choisissait adroitement"  des problèmes en utilisant ce qu'il savait déjà.
  • La méthode d'Edison consistait à inventer des systèmes plutôt que des composants de systèmes. Edison n'a pas seulement inventé une ampoule électrique, il a inventé un système d'éclairage économiquement viable, comprenant également les générateurs, les câbles... 
  • De plus, il incluait l'aspect économique dans sa démarche inventive. Son système d'éclairage électrique était conçu pour concurrencer économiquement l'éclairage au gaz.
  • Edison assemblait et organisait des ressources pour assurer son succès :
    • des hommes avec les compétences utiles à ses projets ;
    • des équipements (machines, instruments, produits chimiques...) ;
    • de la littérature technique (il commençait ses projets par une étude bibliographique intense) ;
    • et un environnement dédié spécifiquement à l'invention.
  • Il encourageait et exploitait les idées de ses collaborateurs.
Étrange ressemblance avec les préceptes de la médiation technique : utilisation de ressources techniques diverses, préoccupation de l'aspect économique, et recherche de connaissances techniques établies et éprouvées (par lui ou par d'autres).

Un médiateur technique avant l'heure ?

La principale différence avec la médiation technique vient de ce qu'Edison pouvait se permettre d'acquérir les ressources dont il avait besoin. Besoin d'une compétence technique ? Il embauchait. Besoin d'un équipement spécifique ? Il achetait. Besoin de connaissances techniques ? Il lisait.
Aujourd'hui, un Edison de l'industrie ne pourrait disposer de tels moyens. Seuls des domaines technologiques très dynamiques comme l'informatique grand public, avec ses Apple, Google et autre Facebook, peuvent se permettre d'embaucher massivement des ingénieurs et d'investir dans des développements audacieux.
Non, un Edison de l'industrie d'aujourd'hui serait médiateur technique pour son propre compte : il chercherait les ressources dont il a ponctuellement besoin ailleurs dans d'autres entreprises. Mais avec la même capacité à innover.