lundi 1 juillet 2013

Insectes, traders et médiation technique

Je suis un lecteur déformé. Professionnellement, j'entends. Je ne peux lire un livre un peu original sans le voir au travers du filtre de la médiation technique. Et avec le dernier, ça n'a pas loupé.

Les insectes sont nos amis

Il s'agit de Smart Swarm, de Peter Miller. Ce livre explique ce que les sociétés animales, et en particulier les insectes, ont à nous apprendre.
En effet, les fourmis et les abeilles forment des sociétés complexes, capables de s'adapter à des tas de situations pour trouver de la nourriture, ou encore de choisir intelligemment un nouveau site de colonisation.
Pourtant, ces insectes, individuellement, ne sont pas des animaux particulièrement intelligents. Et ils n'ont pas de chef, ni de structure hiérarchique : la reine n'est qu'une mère pondeuse sans autorité. Par quel miracle ces colonies arrivent-elles à produire des comportements élaborés, efficaces, voire (osons le mot) : intelligents ?
C'est précisément l'objet du livre : l'intelligence collective. Même un ramassis d'imbéciles peut devenir une foule intelligente si elle applique quelques principes de base.
Je ne rentrerai pas ici dans la description de tous ces principes. Ce qui m'a interpellé, c'est un certain nombre de parallèles que fait l'auteur entre les comportements collectifs de ces animaux et certains comportements collectifs humains.
L'un de ces parallèles compare les abeilles d'une part, qui doivent décider du meilleur emplacement pour leur nouveau nid, et les marchés financiers d'autre part. Vous entendez souvent les journalistes parler "des marchés financiers" qui "décident d'attaquer" telle ou telle économie. Mais qui décide ? Aucun journaliste, à ma connaissance, n'a cherché à savoir.
Et c'est cela qui est intéressant : personne en particulier ne décide. C'est l'ensemble des acteurs financiers, les traders notamment mais aussi les entreprises ou les ménages, qui constitue un essaim intelligent.
En effet, il faut bien comprendre que c'est le groupe qui est doté d'une intelligence globale, et non son hypothétique chef. Il n'y en a tout simplement pas. Comme chez les insectes sociaux, une intelligence autonome émerge des comportements individuels des financiers.
Oh, je ne dis pas que cette intelligence collective est une bonne chose. Non. Nous connaissons tous les conséquences désastreuses que les choix des marchés entraînent. Mais elle existe, et il faut en prendre acte. Et tout faire pour qu'elle soit à notre service. Cela passe par une meilleure compréhension de ce "cerveau" gigantesque et de son fonctionnement.
Inspirons-nous donc des recherches des entomologistes pour mieux contrôler les marchés.

Innovation ouverte et décentralisation

Mais l'apport des essaims intelligents ne se limite pas à comprendre le fonctionnement de nos sociétés par le biais des insectes et autres bancs de poissons. Il permet de suggérer d'autres organisations.
Ainsi, l'innovation ouverte, dont la médiation technique est un avatar, est typiquement une approche d'essaim intelligent. Et si certaines entreprises pionnières comme Procter&Gamble n'avaient pas lancé la démarche d'ouverture, peut-être que l'innovation ouverte aurait été inventée grâce à l'étude des sociétés animales.
Ce qui est fascinant ici, c'est qu'un groupe d'individus peut être plus malin que le plus futé des individus du groupe. Vous en doutez ? Regardez une émission de "Qui veut gagner des millions ?".
Et je ne plaisante pas. En effet, parmi les jokers que les candidats utilisent, il s'avère que le plus performant est l'avis du public (91% de réponses correctes), bien loin devant l'appel à un ami (65%) pourtant choisi par le candidat pour être un expert de la question posée. Nul doute que le public n'est pas constitué de pointures intellectuelles. Mais la bonne réponse est statistiquement favorisée par
la présence de divers éléments d'information que quelques membres du public peuvent avoir. Encore une fois, je vous recommande la lecture du livre Smart Swarm pour en savoir plus.
Alors, vous avez besoin d'une solution ? Ne vous contentez pas de ce que vous et vos collègues savez. Comptez sur la foule des autres entreprises. Innovez ouvertement. Et appuyez-vous sur la médiation technique pour vous guider vers ceux qui savent.