lundi 7 janvier 2013

L'évidence n'est pas la même pour tous

Vous avez certainement suivi l'actualité récente de Newtown, petite ville des États-Unis touchée par un massacre d'enfants dans une école. Je ne m'étendrais pas sur le drame proprement dit, mais plutôt sur le débat qui a suivi.

La solution est évidente ! Ou pas...

J'aimerais attirer votre attention sur cette histoire, car elle illustre d'une manière forte à quel point nous sommes capables de nous enfermer dans un système de pensée.
Pour empêcher qu'un tel massacre se reproduise, demandez autour de vous : tout le monde ou presque vous dira (en France au moins) que c'est évident : il faut interdire les armes à feu.
Ça paraît tellement évident que lorsqu'on voit les Américains tergiverser à ce sujet, on est choqué par leur cynisme.
Pourtant, il est difficile de croire que tous les Américains, qui comportent comme nous de nombreux parents dans la population, puissent être massivement aussi immoraux. Après tout, c'est bien de la morale américaine que l'on se plaint souvent lorsqu'on regarde un film d'Hollywood, voire un Disney.
Or non seulement ces pères et mères de familles ne sont pas tous massivement contre les armes à feu, mais ils sont nombreux à défendre ce qui leur paraît, à eux, évident : il faut armer les enseignants !
Et c'est vrai qu'un enseignant armé aurait pu arrêter le tueur. Cette solution me dérange autant que vous, mais elle est issue d'un raisonnement suffisamment simple pour paraître évident à quelqu'un.
Et je me garderai bien de juger l'opinion américaine, bien que je sois persuadé que ce n'est pas la bonne solution. Après tout, c'est arrivé chez eux, ce sont les premiers concernés.

Penser différemment ?

Plus d'armes d'un côté, moins de l'autre : deux évidences qui s'opposent radicalement. Quel enseignement en tirer ?
Tout simplement, que ce qui semble évident à quelqu'un est fortement influencé par sa culture. Notre culture interdit les armes, la culture américaine les encense : il est naturel que nos réactions nous poussent à revenir vers ce que nous connaissons, ce qui nous paraît normal parce que familier.
Transposons cette réflexion dans un tout autre contexte, plus positif celui-là (du moins, dans ma culture personnelle) : celui de l'innovation technologique.
Une entreprise technologique, lorsqu'elle est en difficulté technique, raisonne en fonction de ses repères traditionnels. Elle cherche une solution parmi ses références technologiques, et elle est parfois persuadée qu'il n'y en a pas d'autres.
Je ne prétends pas que les solutions venues d'ailleurs sont toujours meilleures que les solutions maison. Mais je pense qu'il faut au moins se poser la question, au risque de passer à côté d'une pépite.