lundi 17 mars 2014

Succès

Après un peu plus de 3 mois de campagne de levée de fonds, le projet Deucalion a atteint son objectif de 72 000 € grâce à plus de 60 investisseurs.

Un grand merci à eux !

Oui, merci à toutes ces personnes qui croient en ce projet. Car Deucalion ne pourrait exister sans eux.
Désormais, il me faut transformer Deucalion en une activité rentable (pour durer et récompenser ces investisseurs), et surtout en une plateforme utile.
Les ambitions de Deucalion sont de permettre aux sociétés industrielles françaises, suisses, belges, ou luxembourgeoises, et plus généralement européennes, d'innover, de faire avancer la technologie, de créer des produits plus performants, plus attractifs, de produire avec moins de déchets, de réduire la pénibilité, de créer de l'emploi... Bref, de changer le monde dans le bon sens. Celui du progrès.
Après quelques étapes administratives liées à la concrétisation de cette levée de fonds, je vais enfin pouvoir lancer le projet.
Techniquement, le site Deucalion existe déjà : vous le trouverez à l'adresse deucalion.net. C'est une version bêta, comme on dit, elle est en phase de tests, et elle est encore à améliorer. Vous êtes vivement invités à me faire des retours.
Le contenu est encore très partiel, il va se construire sur la durée. Si vous vous sentez une âme de rédacteur et que vous avez un savoir-faire technique à transmettre, je vous invite à me contacter.

Prométhée recrute !

Commercialement, en revanche, tout est à faire. Si j'ai déjà contacté quelques entreprises intéressées par la démarche, il me faut embaucher un commercial pour me seconder. C'était l'essentiel du besoin de la levée de fonds, il est temps de trouver des candidats.
Le profil que je recherche ? Bac+18, major d'Harvard, 20 ans d'expérience dans un poste exactement identique, parlant 15 langues.
J'ai avant tout besoin de quelqu'un qui aime le travail de commercial, qui n'a pas peur de la prospection, qui soit autonome et qui n'ait rien contre une rémunération fixe au lance-pierre avec un très gros variable.
La double culture de l'industrie (en particulier des PMI) et des TIC est souhaitable. Une connaissance des milieux académiques est un plus.
Le poste sera vraisemblablement basé à domicile (donc pas besoin d'être domicilié à proximité immédiate de Colmar, on peut être à Paris, Biarritz ou Rennes).
Si vous connaissez quelqu'un qui ressemble à ce profil, suggérez-lui de se mettre en contact avec moi.