jeudi 23 octobre 2014

Un moyen récent de financer du développement industriel

Je discutais hier avec un entrepreneur sur le développement de son activité. Il me disais qu'une de ses difficultés était que les solutions qu'il développait étaient bloquées par leur prix.
En effet, les prototypes qu'il développe sont évidemment bien plus chers que des produits de série. Or seul un prix de série lui permettrait de vendre ses produits. Comme il n'a pas les moyens d'investir, il est coincé.
Je lui ai alors parlé d'un moyen de financement récent, encore peu utilisé dans l'industrie.

La prévente participative

Vous avez sans doute entendu parler des plateformes de financement participatif comme Kickstarter. Le principe consiste à l'appel à des particuliers pour financer un projet. J'en ai déjà parlé sur ce blog (ici, ou encore ).
L'une des formes les plus efficaces de ce financement participatif est la prévente. Vous souhaitez lancer un produit de votre invention, par exemple une banane magique. J'ignore ce qu'elle peut faire, cette banane magique, c'est votre idée, après tout, à vous de la rendre sexy.
Disons que réaliser un prototype de banane magique avec des moyens artisanaux coûte 1000 €. Vous l'avez fait une fois, ça marche, vous pouvez recommencer plusieurs fois, mais une petite étude de marché vous montre que le prix maximal que les gens seraient prêts à dépenser pour une banane magique est de 200 €. C'est évidemment impossible de lancer le produit dans ces conditions.
Mais vous savez que si vous investissez 200 000 € dans une chaîne de production, vous arriverez à produire votre banane magique à un coût de 100 € pièce. Ainsi, si vous arrivez à vendre 2 000 bananes magiques à 200 €, soit un chiffre d'affaires de 400 000 €, vous couvrez le coût de fabrication des bananes (200 000 €) et l'investissement.
Mais quelle banque vous prêtera 200 000 € pour industrialiser la production de bananes magiques ? Probablement aucune. Pourtant, vous pensez pouvoir trouver 2 000 clients si le prix est de 200 €.
Vous lancez donc une campagne de financement participatif, sur le principe du don pour don. Vous demandez un don de 200 € en contrepartie d'une banane magique, sachant que cet échange n'aura lieu que si vous atteignez 400 000 € de dons. Il s'agit en quelque sorte d'une prévente, puisque vous ne pouvez pas encore produire la banane magique en série. De plus, vous ne vous engagez pas sur la vente, puisque elle n'aura lieu que si vous atteignez votre objectif in fine.
Donc de deux choses l'une :
  • Soit vous atteignez votre objectif, vous récupérez 400 k€, vous achetez votre ligne de production, vous produisez 2000 bananes, vous les offrez aux donateurs, et vous vous retrouvez avec un outil de production capable de produire des bananes magiques à 100 € pièce. Vous n'avez plus qu'à en vendre beaucoup pour devenir riche, ou éventuellement lancer le projet de vos rêves depuis toujours, l'ananas magique.
  • Soit vous n'atteignez pas votre objectif, vous remboursez les sommes déjà versées à vos donateurs, et cela ne vous a coûté que du temps et de la communication. En plus, vous savez qu'il n'y a pas de marché suffisant pour les bananes magiques, vous pouvez passer à un autre projet sans regret.
À tous les coups on gagne. Ou en tous cas on ne perd pas.

La prévente industrielle ?

Là, évidemment, c'est pour des produits grand public. Dans l'industrie, en B2B, on n'achète pas des bananes magiques, mais plutôt des équipements coûteux utiles pour la production. Par exemple, des éplucheurs industriels de bananes magiques. Les montants sont plus gros (ajoutons un ou deux zéros), les clients sont des industriels plutôt que des particuliers, mais le principe est le même.
Les plateformes de financement participatif actuelles ne sont pas faites pour des clients industriels. Elles visent à faire le buzz, à faire venir avec le minimum d'effort des donateurs pour des projets sur la base de contreparties attractives pour des particuliers et de vidéos rigolotes. Vous voyez un industriel donner 20 k€ en ligne pour un éplucheur de bananes magiques sur la base d'une vidéo ? Non, c'est plus que douteux.
Mais rien n'empêche d'utiliser la démarche de la prévente participative pour un tel projet industriel. Il faut simplement consacrer plus de temps et d'énergie, contacter des prospects industriels directement, peut-être communiquer dans la presse spécialisée, mais si le produit que vous voulez commercialiser est séduisant au prix de la série, le mécanisme précédent vous permet d'obtenir le financement que vous cherchiez, en toute sécurité.
Je ne connais pas de projet industriel financé par ce mode-là, mais je pense que cela doit exister, et je suis convaincu que c'est une technique d'avenir.
Et une vraie solution aux problèmes d'investissement en innovation industrielle.